L’écriture créative

Hello! Comme je vous l’avais annoncé dans cet article, j’ai terminé l’écriture de mon premier roman. En ce moment, il est en relecture et bientôt en correction. En attendant, je me suis déjà penchée sur l’écriture du deuxième qui sera bien différent. J’en suis encore à la construction de l’histoire mais une idée d’article m’est venue: expliquer ce que l’écriture créative a changé dans ma vie. C’est vrai, quel peut bien être l’intérêt d’imaginer des histoires, de se détacher de la réalité pour se plonger dans des univers qui n’existaient jusqu’alors que dans nos têtes? Après vous avoir parlé des bienfaits de l’écriture spontanée, je vous propose de découvrir trois bienfaits de l’écriture créative!

1- L’assurance d’un bien-être quotidien

Je pratique l’écriture depuis plusieurs années, en amatrice et depuis peu en professionnelle. Celle-ci me garantit un bien-être quotidien. C’est un vrai bonheur pour moi de me lever le matin et de m’accorder du temps pour faire vivre mes personnages d’abord dans mon carnet puis dans un document Word. L’écriture est quand même l’une des activités artistiques les plus accessibles car quasi-gratuite! Évidemment, elle demande de la pratique pour créer quelque chose de potable, comme le sport en fait. Je n’ai pas non plus arrêté de me documenter sur le processus de l’écriture partout où je pouvais (j’ai fait un article sur mes ressources en écriture ici). Bien-sûr, il m’a fallu du temps pour me trouver légitime à écrire et à AIMER écrire. Encore plus à accepter que d’autres personnes que moi lisent ce que j’ai écrit. Et s’ils trouvaient ça vraiment mauvais? Pas digne d’être publié? Ce serait la honte, non? Et bien, non! Pourquoi? Parce qu’essayer, c’est toujours mieux que de ne rien faire. Je me répète ça très souvent et j’accepte aussi de recevoir des critiques. Je choisis qu’elle ne me démontrera pas mais qu’elle m’aidera toujours à mieux faire. Voilà comment je fais de l’écriture un plaisir et non un fardeau. Ah, et cette citation d’Elizabeth Gilbert dans son livre Comme par magie aussi m’a pas mal aidé à déculpabiliser :

Peut-être craignez-vous de ne pas être assez original. […] Des écrivains en herbe me disent souvent: « j’ai une idée, mais j’ai peur que cela ait déjà été fait. » Eh bien, oui, c’est probablement le cas. La plupart des choses ont déjà été faites – mais elles ne l’ont pas été faites par vous.

Relâcher la pression, voir l’écriture comme un jeu et non comme quelque chose de sérieux réservé aux écrivains étudiés durant les cours de français du lycée, et ne surtout pas avoir peur du brouillon! What else?

2- Devenir détective l’air de rien

Pour pouvoir construire des personnages convaincants et une intrigue qui tient la route, trouver l’inspiration est la clé.  Et elle peut venir de partout : la lecture, les arts, la vie de tous les jours. En s’exerçant à imaginer des histoires, nous apprenons à développer cette faculté. Notre curiosité intellectuelle est également stimulée. Nous améliorons ainsi notre capacité d’analyse ce qui se répercute aussi bien dans le domaine personnel que dans le domaine professionnel. En pensant à tout ça, l’image du détective m’est venu. Il est celui qui doit chercher des indices pour faire avancer ses recherches et trouver la solution à son problème. C’est un peu ce que fait celui qui veut écrire. Le monde devient un vaste terrain d’exploration et de curiosités. La moindre phrase entendue dans le métro ou prononcée par une connaissance peut devenir le point de départ d’un roman. Je me souviens de l’apparence d’un jeune homme, croisé au cours du festival, que j’avais trouvé tellement hors du commun que je l’avais noté en détail sur mon portable pour la reprendre quelques mois plus tard dans mon roman! Être auteur, c’est donc voir son oeil davantage aiguisé.

3- Adieu les problèmes de syntaxe?

Enfin, le fait d’écrire des histoires pour ensuite les donner à lire, nous oblige à être attentifs à notre syntaxe et donc à la retravailler. Quand je me suis mise à écrire régulièrement sur mon blog puis à écrire mon premier roman, j’ai aussitôt accordé plus de soin à mon écriture. Certes, il m’arrive de laisser des fautes encore car personne n’est parfait à ce niveau-là. Et ouais, même les professeurs de français ne le sont pas. Mais avant d’envoyer ne serait-ce qu’un résumé à quelqu’un, la relecture est une étape obligatoire. Le dictionnaire Larousse et le site Synonymo.fr sont devenus mes alliés en cas de doutes sur l’écriture ou la définition d’un mot. Les sites de conjugaison aussi. Cela m’oblige aussi à mieux comprendre les règles de grammaire, vous savez celles qui sont obscures pour pas mal de personnes (l’accord du COD avec le verbe avoir, pour ne pas la citer) ? Donc oui, écrire régulièrement pour être lu, c’est aussi améliorer ses compétences rédactionnelles. Si vous en doutez encore, faites ce test: comparez vos écrits récents avec ceux qui sont plus anciens de manière objective. Même un meilleur emploi de la virgule, ça compte! 😉

Vous aimez écrire? Vous avez déjà publié un roman? Je vous invite en commentaire à nous dire ce que l’écriture vous apporte!

L’écriture spontanée

Écrire (presque) tous les matins est une habitude que j’ai acquise après la lecture du livre Julia Cameron, Libérez votre créativité. Dans ce livre, l’auteure vante les mérites des pages du matin : 

« Les pages du matin vont vous apprendre que votre humeur n’a pas vraiment d’importance. Certaines œuvres, parmi les plus créatives, sont réalisées les jours où vous avez l’impression que tout ce que vous faites ne vaut absolument rien. Les pages du matin vous apprendront à vous arrêter de juger et vous permettront d’écrire. »

Depuis que cette habitude est ancrée pleinement dans ma vie, j’ai remarqué qu’elle m’avait apportée de nombreux bienfaits. Avant de vous les présenter, on va revenir sur la définition de l’écriture spontanée.

Qu’est-ce que l’écriture spontanée ?

L’adjectif « spontanée » qualifie une action non réfléchie, fait sans calcul. Par conséquent, l’écriture spontanée est le fait d’écrire sans réfléchir, sur le sujet de son choix. On peut aller plus loin et la rapprocher de la définition de l’écriture automatique qui consiste à atteindre son subconscient sans chercher à surveiller sa syntaxe et à structurer sa pensée. André Breton, écrivain français du XXe siècle, donne cette définition de l’écriture automatique dans le Manifeste du surréalisme publié en 1924 : 

« Placez-vous dans l’état le plus passif ou réceptif que vous pourrez… écrivez vite sans sujet préconçu, assez vite pour ne pas vous retenir et ne pas être tenté de vous relire ».

On s’éloigne alors de la raison pour converser avec son moi. Cela demande donc d’écrire dans un lieu calme, loin de toutes tentations extérieures. Généralement, certains choisissent d’écrire le matin, après le réveil (ce qui est mon cas) mais on peut très bien écrire au moment de sa pause, ou le soir avant de se coucher pour pourquoi pas repenser au déroulement de sa journée et aux réflexions accumulées.

Que ce soit dans de jolis carnets achetés spécialement l’occasion, ou dans les cahiers en format A4 les plus simples, l’important est d’écrire autant qu’on veut, sur le sujet de ce choix. 

Les bienfaits

1- Introspection

L’écriture spontanée vous permettra d’accéder à votre moi intérieur et donc de faire une introspection. Comment ? En couchant sur le papier vos interrogations, vos pensées, vos moments de doute, de désespoir, de tristesse, vos joies, vos gratitudes…Votre journal devient un espace privé où l’ensemble de vos émotions, positives ou négatives, ne seront pas jugées mais au contraire, libres d’éclore loin des regards indiscrets. À condition, évidemment, de ne pas laisser trainer son journal ! Vous l’avez compris, vous pouvez en faire un exutoire que vous n’êtes pas obligés de relire, que vous pouvez très bien brûler dans un acte symbolique de détachement ou de dépouillement de souvenirs trop douloureux par exemple. 

2- Connaissance de soi

L’écriture dans un journal peut permettre la connaissance de soi. En effet, en écrivant tous les jours, vous vous accordez un moment dans la journée pour vous concentrer sur vous. Vous écrivez constamment sur le même sujet, vous ne cessez de vous plaindre de votre boulot ou d’une relation toxique qui encombre votre vie ? Écrire dessus est le premier pas pour ensuite trouver des solutions. Depuis que j’écris fréquemment le matin, j’ai pu dénouer des situations auxquelles je ne trouvais pas d’issus. C’est grâce à cet acte qui semble banal que j’ai pu me remettre au dessin, à la peinture et…l’écriture, activités que j’avais délaissées depuis l’adolescence. Exprimer ses rêves et ses insatisfactions en les écrivant est donc un moyen de créer un lien solide et rapproché avec soi-même. 

3- Naissance de projets

Julia Cameron considère l’écriture comme un exercice de méditation « qui nous procure non seulement la lumière de la vision intérieure, mais aussi la force pour un changement important ». Ce lien solide avec soi, dont je parlais précédemment, nous permet de communiquer directement avec notre puissance créatrice que nous avons tous en nous. Il faut donc envisager le journal comme un lieu d’émergence, de création. Ainsi, que vous désirez en votre fort intérieur, dessiner, danser, créer une pièce de théâtre ou des recettes de cuisine, mais vous ne savez pas comment concrétiser ce projet, je ne peux que vous conseiller d’écrire !

4- Écrire, oui, mais par où commencer ?

Peur de la page blanche ? Il est vrai que cela n’est jamais simple de se lancer dans l’écriture. Cependant, il ne faut pas oublier qu’on ne vous demande pas d’écrire un chef d’œuvre dans un journal (sauf si vous en avez envie), mais d’écrire vos états d’âme. Vous pouvez simplement commencer en vous remémorant la journée de la veille, ce que vous avez ressenti, apprécié ou non. Ou encore répondre à ces questions :

-Comment je me sens aujourd’hui ? 

-Qu’est-ce que j’ai ressenti face à telle situation ?

-Qu’est-ce qui me tracasse en ce moment ? Comment faire pour remédier au problème ?

-Pour qui ai-je de la gratitude aujourd’hui ?

-Qu’est-ce que je veux créer, mettre en place ?

Certaines réponses vont nécessiter plusieurs pages, voire plusieurs jours à émerger, ce qui est normal. Plus vous écrirez, et plus cette pratique deviendra une habitude naturelle et non contraignante. 

D’autres exercices que je conseille, et auxquels moi-même je m’exerce souvent, c’est écrire une lettre à son futur mari ou sa future femme, ses futurs enfants, son Moi enfant ou de 80 ans…On peut y parler de sa vie, ce qu’on aimerait changer, ses projets, ses peines, ses espoirs…

Vous avez également les affirmations positives. J’écris souvent toute une page d’affirmations, c’est-à-dire une liste de souhaits écrits au présent, comme s’ils étaient déjà réalisés. Pourquoi cet exercice ? Il permet de rester focus sur ce qu’on veut voir apparaitre dans sa vie, et donc d’agir au quotidien pour que cela soit le cas. Évidemment, il ne s’agit pas simplement d’écrire, il faut aussi se mettre en action !

Et pour ceux qui hésitent encore, un autre bienfait assuré : écrire tous les jours dans un journal vous garantira une aisance rédactionnelle que vous pourrez mettre à profit dans votre vie professionnelle ! Qu’attendez-vous donc pour vous y mettre ?